ONG de NDEM

Le commerce équitable : locomotive de développement
Lire la suite

Informations clés


Sénégal
Afrique

1985

Environ 300 artisans

Artisanat
Garantie(s)

ONG de NDEM

U n projet intégré de développement qui a redonné vie à un village du Sahel

Dans les années 80, la région de Djourbel assiste à un exode rural massif lié aux conditions climatiques et économiques. La sécheresse empêche les paysans de cultiver leurs terres, les laissant sans ressources. Dans le village de N’Dem beaucoup d’hommes travaillent en ville pendant la saison sèche laissant femmes et enfants au village. Dans ce contexte difficile un couple franco-sénégalais venu de France décide de mener des projets collectifs pour améliorer les conditions de vie localement. L’exode rural dû à la sécheresse les pousse à fonder une structure afin que les villageois restent sur leurs terres. Au sein du projet, la priorité est donnée à l’éducation, la santé et l’eau potable.

Ce projet donne naissance à l’Association des Villageois de N’Dem (AVN) en 1985. Un premier forage permet enfin d’avoir accès à l’eau courante et l’eau potable en 1996. L’accès à cette ressource libère le temps des femmes et permet d’envisager des nouvelles activités économiques. Les femmes se sont ainsi lancées dans la confection textile. Deux filières de production se sont développées ; la filière textile et la filière artisanat.
La filière textile comprend un atelier de tissage, deux de teinture, un de confection de vêtements, un autre de confection d’accessoires et, enfin, un dernier de confection pour ameublement (draps, nappes…).
La filière artisanat regroupes les ateliers du cuir, du métal et de la récupération, de la vannerie, de la calebasse et bois, des figurines, des colliers et des poteries. Il intègre également la réalisation de broderie et patchwork. La majorité des artisans travaille dans la filière textile et dans la vannerie. 60% des artisans sont des femmes.
Le centre des métiers situé à Ndem regroupe tous les ateliers sauf ceux de poterie et vannerie qui permettent aux femmes des villages plus éloignés de travailler chez elles. 15 villages membres sont impliqués dans la dynamique de développement de l'AVN.

Actions de l'organisation

  • Un second forage est en cours de construction
  • Culture biologique réalisée collectivement par les femmes: elles utilisent le premier forage pour produire même en saison sèche (produits destinés à l'autoconsommation)
  • Mise en place d'une mutuelle d'épargne et de crédit pour financer l'achat des matières premières et des projets locaux.
  • Création d'une maternité et d'un poste de santé grâce à une ONG suisse
  • Construction de six classes d'école primaire, d'une maternelle et d'une cantine scolaire, laquelle bénéficie à près de 250 élèves d'une dizaine de villages.

Processus de production

La teinture est réalisée sur la malikane (une toile légère de couleur naturelle, achetée à Dakar). Une partie des teintures est naturelle, à base de plantes récoltées. Les femmes travaillent le tioup, teinture traditionnelle qui se fait par nouage ou pliage ainsi que le batik.


La newsletter d'Artisans du Monde

Soyez à la pointe de l'actualité équitable : événements, débats, conférences, mobilisations en vous abonnant à la newsletter d'Artisans du Monde

×
×