Les transports internationaux, c’est pas écolo ! Votre commerce équitable est émetteur de gaz à effet de serres

L e caractère Nord-Sud du commerce équitable est souvent critiqué en raison de son impact écologique dû notamment au transport des produits. Or, lorsque nous comparons les impacts écologiques du commerce équitable à ceux de certaines filières du commerce conventionnel, même local, on remarque que ce n’est pas le plus polluant ! En effet, le commerce équitable passe par des modes de production écologiques et traditionnels, ainsi que par un transport maritime et groupé des produits, afin de réduire au maximum l’impact écologique.

Le commerce équitable est souvent critiqué pour son caractère Nord-Sud. Les arguments : faire venir des produits de l’autre bout de la planète est un non-sens écologique !

Au-delà des réponses habituelles sur le fait que l’on importe essentiellement des produits que nous ne pouvons produire ici et dont nous ne pouvons (ou ne voulons !) pas nous passer (café, cacao, fruits exotiques, thé…), il faut considérer la question selon deux approches :
- la provenance des pays du Sud est-elle forcément synonyme de plus grande pollution ?
- l’argument écologique peut-il suffire à dénoncer le commerce équitable ?

Il est évident, et nous ne prétendrons jamais le contraire, qu’il est moins polluant de consommer local que de consommer international. Oui, encore faut-il faire attention à ce que nous consommons localement ! Pour faire un exemple, les produits agricoles équitables sont la plupart du temps issus de modes de production très peu polluants car très peu mécanisés, très économes en intrants et très diversifiés… Contrairement aux modes de production intensifs de la plupart des produits agricoles locaux !

Ainsi, des études comparatives ont même montré qu’un sucre équitable du Paraguay avait un impact plus faible (en bilan carbone) qu’un sucre de betterave du Nord de la France et ce, malgré l’empreinte carbone du transport !

Par ailleurs, le transport de nos produits est peu polluant ramené à l’unité de produit, car on passe par des importations groupées ET par bateau (l’un des moyens de transport les moins polluants) pour réduire davantage l’impact écologique. C’est par ailleurs le transport en France et les emballages qui constituent la plus grande source de pollution potentielle !

Enfin, il est important de souligner la chose suivante : malgré certains aspects écologiques discutables des filières équitables, il nous paraîtrait insensé de justifier l’arrêt du commerce équitable sur les seuls critères écologiques ! Ce serait en effet nier les objectifs sociaux, économiques et politiques de notre démarche.

Pour Artisans du Monde, le commerce équitable Nord-Sud a vocation à disparaître pour laisser place à un commerce équitable relocalisé, présent partout et permettant à tous les paysans et artisans du monde de vivre dignement de leur travail.


La newsletter d'Artisans du Monde

Soyez à la pointe de l'actualité équitable : événements, débats, conférences, mobilisations en vous abonnant à la newsletter d'Artisans du Monde

×
×