Impact au Sud

« L’impact du CE représente la nouvelle situation issue de l’ensemble des résultats et effets induisant des changements significatifs et durables, dans la vie et l’environnement des personnes/groupes pour lesquels un lien de causalité direct ou indirect peut être établi avec l’action de développement » in CIEDEL–F3E (1999) 2_filles_chemin_-_PETITE

A quoi sert le commerce équitable ? Permet-il de changer la vie des petits producteurs du sud ? Quel est l’impact local du commerce équitable ? Sont-ils réellement mieux payés ?

Autant de questions que se posent les consommateurs et citoyens qui s’impliquent dans le commerce équitable. La question de la mesure de l’impact des relations de commerce équitable est une question aussi importante que délicate. Peut-on mesurer tous les effets de ces relations équitables : économique, sociales, politiques ? Le prix est-il le seul effet concret du commerce équitable ?

Pour tenter de répondre à cela, Artisans du Monde et les autres acteurs du commerce équitable ont mis en œuvre des études d’impact régulières auprès de différentes organisations de producteurs. Car, il n’existe pas un impact du commerce équitable mais une multitude d’effets, qui dépendent des contextes spécifiques des producteurs et des pays.

Étude de l’impact de 25 ans de commerce équitable sur les producteurs du Sud Partenaires d’Artisans du Monde

En 2001, Artisans du Monde a mis en place un processus d'évaluation de l'impact, sur les producteurs du Sud, de l'action en faveur d'un commerce équitable menée depuis 30 ans. L'objet de ce travail était de voir, dans la pratique, comment le mouvement Artisans du Monde peut développer, au-delà de la seule relation commerciale, des relations bénéfiques avec les producteurs.

Les principaux enseignements :

  • Un prix juste ou un revenu régulier : selon les contextes, les prix payés aux producteurs sont généralement supérieurs (entre 5 à 45%) mais surtout réguliers
  • Pour les plus marginalisés : retrouver la dignité.
  • Un accès à un métier (femmes, castes, handicapés, insertion sociale,...)
  • Permettre de prendre en charge le minimum vital (nourriture, frais scolaires et santé)
  • Le développement de liens sociaux (regroupements)
  • Un nouveau marché et des revenus réguliers
  • La possibilité d’investir dans la production pour l’améliorer.

Des interrogations restent à l’issue de cette étude : si l’effet au niveau individuel est démontré, il apparaît néanmoins que les dynamiques locales restent faibles

Plus de détail dans l’étude en téléchargement:

Les études de filières Artisans du Monde

Depuis 2006, Artisans du Monde réalise chaque année une étude de filière afin de mieux comprendre les mécanismes de nos filières équitable et d’en mesurer les effets sur le terrain. Nous vous présentons ici les études et quelques éléments phare. Mais pour mesurer l’impact réel des filières, il est nécessaire de rentrer dans le détail de ces documents qui vous sont proposées en téléchargement :

Description de la filière ‘riz’ de Lao Farmers Products, Laos, 2006

Le soutien apporté à l’ASDSP / LAO Farmers Product et aux paysans laotiens, à travers le commerce équitable contribue à :Main_riz002

  1. Maintenir la production et valoriser la culture de riz traditionnels au Laos, avec des prix rémunérateurs supérieurs au marché,
  2. Permettre l’investissement pour la transformation locale des produits et créer ainsi des emplois
  3. Appuyer des projets de développement communautaires intégrant les aspects environnementaux.
  4. Développer les modes de production biologique
Plus de détails dans l'étude complète ( Télécharger l'étude )

Description de la filière « huile d’Olive » du PARC, Palestine, 2007

  1. Soutenir des producteurs dans une situation de conflit et d’occupation : leur harvest_mazareh_1permettre de poursuivre leur travail de paysans et de conserver ainsi leur terre.
  2. Contribuer au poids économique et politique de PARC pour mener une action de plaidoyer localement en faveur des producteurs et du peuple palestinien.
  3. Augmenter les critères d’une production de qualité et des modes de production respectueux de l’environnement
  4. Permettre l’investissement dans des infrastructures locales de transformation et ainsi créer de l’emploi,

Plus de détail dans l’étude complète ( Télécharger).

Description du projet de développement intégré de l’ONG « Association des villageois de Ndem », Sénégal, 2008

Senegal_Ndem_3

Le soutien apporté à l’ONG AVN et aux artisans de Ndem à travers le commerce équitable contribue à :

  1. Soutenir des initiatives locales, pour la prise en main par les populations locales de leur propre solutions de développement : pas une fin en soi, un outil parmi d’autres...
  2. Créer des activités rémunératrices sur place, un tremplin, un levier pour des changements plus larges : autonomisation.
  3. Mettre en place les axes sociaux et techniques du projet de l’ONG « AVN », de manière directe ou indirecte.
  4. Intégrer l’ONG dans un réseau international et à assurer le lien avec d’autres partenaires.

Plus de détail dans l’étude complète. ( Télécharger)

Description et comparaison des filières du Guarana du CGSTM et d’acteurs conventionnels, Brésil, 2009


Le soutien apporté au CGTSM et aux producteurs à travers le commerce équitable contribue à :brsil_1_072

  1. Maintenir la culture et la transformation du guarana au travers de mode de production ancestraux et respectueux du milieu
  2. Garantir des débouchés rémunérateurs pour la production et d’intégrer des producteurs exclus
  3. Mener des projets de développement sociaux pour les communautés locales
  4. Donner un poids économique et donc politique à l’organisation pour préserver l’identité culturelle et les savoir faire des Satéré Mawé
  5. Préserver des variétés natives de guarana et sauvegarder cette banque génétique naturelle.

Le prix du commerce équitable : seul impact pour les producteurs du sud ?

Le commerce équitable attache une importance toute particulière à la rémunération des producteurs. Cette dernière est construite de manière à leur permette de vivre dignement de leur travail et à valoriser leur savoir faire.
Mais la seule notion de niveau de prix limite beaucoup les particularités des filières équitables. Loin de se limiter aux seuls aspects économiques (rémunération, prix), le commerce équitable apporte un soutien plus global aux producteurs et aux organisations de producteurs. (Cf. études de filières et d’impact présentées ci-dessus).

Le « prix juste », le « prix équitable », une notion qui va au delà de la seule rémunération

  • Une relation commerciale durable qui garantit une stabilité des revenu,
  • Des préfinancements possibles (par exemple, 50% payé à la commande pour permettre d’acheter les matières premières sans avoir recours aux crédits coûteux),
  • Une relation commerciale liée à des conditions de travail dignes : les relations commerciales se font avec des organisations de producteurs qui proposent des conditions de travail avantageuses et qui mènent souvent des actions sociales (couverture maladie, congés...),
  • Pour certaines catégories de producteurs (castes, groupes de femmes, handicapés,...) les filières équitables permettent « tout simplement » un accès à un travail et à une rémunération, redonnant ainsi une certain place dans la société à ces personnes, et par là, leur dignité,
  • Une négociation dans le dialogue et le respect : la fixation des prix résulte d’une négociation initiée à partir des éléments cités ci-dessus et dans une perspective d’économie solidaire visant au développement durable de toutes les parties,
  • Faire partie d’un réseau d’acteur du commerce équitable pour développer les opportunités de débouchés,
  • Une relation humaine qui permet des échanges, des rencontres (invitations de partenaires producteurs) entre citoyens du sud et citoyens du nord. Ainsi, des projets d’appuis peuvent naître entre les organisations de producteurs et les organisations de commerce équitable au nord : appuis en terme de design, d’appui à des projets locaux,...

Le prix équitable est-il supérieur au prix du marché conventionnel ?

Il est souvent difficile d’avoir des éléments de comparaison sur les pratiques des intermédiaires conventionnels au nord mais aussi au sud.
Pour autant, on peut déterminer sur quelques exemples, la plus value économique de la filière équitable par rapport aux prix pratiqués localement dans le marché conventionnel. Cela reste des éléments de moyenne, à prendre avec précaution mais qui donnent déjà une indication des comparaisons possibles (les prix varient beaucoup au cours de l’année et d’année en année).

En alimentaire :

  • Le riz du Laos (Organisation de Lao Farmers Product) est payé entre 18% et 45 % plus cher que le prix sur la marché conventionnel : entre 0,17 et 0,22€/kg (kg de paddy)  contre 0,10 et 0,14€/kg.
  • En Thaïlande (Green Net Cooperative), les ordres de grandeurs sont équivalents : Entre 24% et 36% plus cher.
  • L’huile d’Olive en Palestine (partenaires du PARC et de PFU) : le kg d’huile d’olives est payé 15% plus cher dans le filières équitables (18 shekels contre 15shekel). (Cf. la question du prix négocié pages suivantes).
  • Les épices de l’organisation PODIE (Sri Lanka) sont payées 30 à 40% plus cher.

En artisanat :

La question est plus difficile car il faudrait comparer des productions équivalentes ce qui est difficile. Mais une étude sur l’artisanat sénégalais (ONG de Ndem) en 2007, montrait que la rémunération d’un artisan (dans le cas très particulier d’une activité régulière sur 1 mois) pouvait atteindre au mois l’équivalent de 1,25 fois le SMIC national.
Attention : cette comparaison est très ambiguë. En effet, la rémunération à la pièce (qui est le cas général pour la production artisanale) ne constitue pas un salaire puisqu’il dépend directement du niveau des commandes. Il est donc difficile de comparer un salaire et le revenu mensuel d’un artisan. Il s’agit ici simplement de poser une échelle de comparaison, même imparfaite.

Salaires :

Concernant les salaires (lorsque les artisans sont salariés ou dans les entreprises de transformation ou de conditionnement), l’exemple laotien nous montre que les salaires pratiqués sont en moyenne de 700 000 kips / mois (56€) auxquels s’ajoutent une prime annuelle et des avantages salariaux (déjeuner, couverture maladie,...). Rq : le salaire moyen est d’environ 40€par mois. Le salaire proposé est alors 40% supérieur.
Au sein de l’ONG de Ndem, au Sénégal, les salaires proposés sont minimum 1,25 fois supérieur au SMIC national.

Analyse des décompositions de prix : pièges et points de vigilance

Une comparaison inappropriée de niveau de vie :

En analysant cette décomposition on compare (via des pourcentages et des valeurs absolues) au sein d’une même filière des acteurs qui agissent dans des contextes économiques différents : ce que représente 3 € en Afrique n’a rien avoir avec ce que cela représente en France en terme de pouvoir d’achat. Les proportions représentées ici doivent donc être relativisées et nivelées selon le niveau de vie des pays concernés. Les différences de marges s’expliquent aussi par les différences de charges de chaque acteur : elles sont différentes entre un grossiste et un détaillant, entre un producteur et une centrale d’exportation,...

Pouvoir comparer à une filière conventionnelle :

Une information intéressante est de pouvoir comparer la décomposition du prix d’un produit similaire dans une filière conventionnelle : malheureusement, le manque de transparence des acteurs conventionnels ne permettent pas d’avoir accès à ces données.  
Il est aussi intéressant de savoir quelle est la rémunération habituelle des artisans / paysans dans les pays du sud (cf. ci dessus).

L’incidence des taux de change dans la formation des prix

Entre la rémunération aux producteurs, dans la devise du pays, le paiement de l’acheteur du prix FOB, qui est parfois fixé en devise locale mais le plus souvent en dollars ou en euros (choix issu de réglementations locales, du choix et habitudes des organisations,...), il arrive que le prix payé au producteur subisse entre 1 et 3 taux de change pour être converti en euros.
Aussi, calculer au final des pourcentages sur une base en euros à un temps T tend à effacer les variations continuelles de taux de change qu’on pu subir les prix entre le moment d’achat et celui de vente et la question de la valeur intrinsèque des montants dans des pays différents.

Qu’est-ce qui se cache derrière les marges des acteurs ?

Le fait que des acteurs de la filière dégagent des marges n’est pas choquant en soi, c’est même nécessaire pour l’existence même de la filière. La vraie question est de savoir si ces marges sont « raisonnables », réparties équitablement (notion différente de « également »), de manière à ce que tous les acteurs de la filière puissent vivre dignement de leur travail (au sud comme au nord) et ce à quoi elles sont utilisées ?

Dans notre filière intégrée AdM, les acteurs de la chaîne sont tous des organisations de commerce équitable : à l’exception des transports et des transformateurs. Les acteurs "nord" de notre filière intégrée, sont des acteurs qui n’ont pas pour vocation de générer des profits, mais de permettre l’existence de filières et de partenariats équitables dans l’intérêt des producteurs et des citoyens. Cela signifie que les marges dégagées sont utilisées pour couvrir les frais de fonctionnement (salaires, charges fixes...) et dégager éventuellement des bénéfices. Mais à la différence d’un acteur classique, ces bénéfices sont obligatoirement ré-injectés dans la filière de commerce équitable (investissement, projets d’appuis aux filières, voyages d’échanges...). Il n’y a pas de lucrativité de l’activité de notre filière, à savoir pas d’enrichissement de personne physique.  

Les comptes sont présentés à chaque AG et disponibles dans le rapport d’activité accessible au public. Les comptes de Solidar’Monde (dont les actionnaires sont tous des acteurs de l’économie sociale et solidaire) sont eux aussi présentés à chaque AG.

Exemples de décompositions de prix

Il n'existe pas de décomposition de prix générale et moyenne : chaque produit, chaque filière est différente ! Vous trouverez donc ici plusieurs exemples d’explication des prix sur des produits Artisans du Monde.

Remarque : nous donnons dans ces fiches, des données de cadrage qui permettent de replace dans le contexte du pays producteur, les échelles de prix.

Agir avec Nous

Près de chez vous

thumb BanniereEDUC 200